Si vous avez reçu un diagnostic d'hypothyroïdie ou si vous risquez de la développer en raison d'antécédents familiaux ou autres, vous pouvez envisager de regarder de plus près ce que vous avez dans votre assiette. Le régime alimentaire peut jouer un rôle important pour aider votre cause ou aggraver la situation. Ainsi, décider de ce que vous devez manger et de ce que vous devez laisser de côté peut faire toute la différence pour votre état.

Le régime alimentaire joue un rôle important dans la gestion de l'hypothyroïdie

Les aliments goitrogènes peuvent interférer avec l'absorption de l'iode par la thyroïde et la production de l'hormone thyréostimulante (TSH) et entraîner une hypertrophie de la thyroïde - une affection connue sous le nom de goitre, aggravant encore vos problèmes thyroïdiens.

L'hypothyroïdie ou l'insuffisance thyroïdienne peut résulter d'une maladie auto-immune comme la thyroïdite de Hashimoto, d'un traitement médicamenteux, de l'ablation chirurgicale de la thyroïde ou même d'une radiothérapie. Lorsque la thyroïde est sous-active, la glande ne produit pas assez d'hormones thyroïdiennes pour assurer les fonctions normales de l'organisme, ce qui se traduit par une prise de poids, une sensation de fatigue facile, une peau sèche, une sensation de froid, des oublis et même une dépression.

Il n'est peut-être pas nécessaire d'éliminer complètement tous les légumes et fruits de cette liste. Le chou ou le chou frisé cuits conviennent parfaitement. D'autres peuvent être consommés en petites quantités ou occasionnellement. Mais consultez un nutritionniste ou votre médecin pour mettre au point un plan de régime qui compense les nutriments dont vous vous privez en évitant ces aliments potentiellement problématiques.

Bien que la maladie soit traitée par des médicaments, ce que vous mangez peut également améliorer ou aggraver votre cas. Certains aliments sont connus pour aggraver le problème. Par exemple, comme votre organisme a besoin de quantités adéquates d'iode pour produire l'hormone thyroïdienne, il vaut mieux éviter les aliments qui interfèrent avec l'absorption de l'iode - comme les aliments goitrogènes.

La première étape consiste bien sûr à déterminer la cause de votre hypothyroïdie et à vérifier si vous souffrez ou non d'autres carences, comme une carence en iode. Ensuite, vérifiez votre programme alimentaire pour vous assurer que vous ne consommez pas trop d'aliments figurant sur la liste suivante. Parmi ces aliments, il y en a certains que vous devez éviter complètement, d'autres que vous pouvez manger une fois cuits, et d'autres encore que vous devez simplement choisir au bon moment par rapport au moment où vous prenez votre médicament pour la thyroïde.

Aliments à éviter si vous souffrez d'hypothyroïdie

1. Les aliments à base de soja

Vous devez surveiller votre consommation de soja si vous souffrez également d'une carence en iode, car cela pourrait augmenter votre risque de développer une hypothyroïdie ou vous obliger à prendre une dose plus élevée d'hormones thyroïdiennes. Les isoflavones du soja interfèrent avec l'absorption et l'utilisation de l'iode par l'organisme et peuvent aggraver une carence existante.

Le soja et les aliments à base de soja sont considérés comme des contrevenants connus en matière d'hypothyroïdie, car ils peuvent interférer avec l'absorption de la thyroxine. Vous devrez peut-être éliminer le tofu, le tempeh, le lait de soja ou les produits à base de lait de soja de votre alimentation. Et n'oubliez pas que les haricots verts edamame et les graines de soja mûres sont également à proscrire.

Si vous décidez de consommer des aliments à base de soja, laissez un intervalle aussi long que possible entre votre repas et votre médicament afin de réduire les risques que le soja entrave l'absorption. Ainsi, vous pouvez consommer du soja sans vous soucier de votre thyroïde.

2. Les légumes à feuilles crus comme les épinards, les feuilles de moutarde et le chou frisé.

Faites cuire vos légumes de type brassica. Comme l'a révélé une étude, cela peut produire des enzymes qui aident à réduire les niveaux de glucosinolate, une substance qui forme les goitrogènes qui interfèrent avec l'absorption de l'iode et la fonction thyroïdienne. Dans cette étude, les choux de Bruxelles, un légume qui contient 220 mg/100 g de glucosinolates, un niveau suffisamment élevé pour poser des problèmes, n'ont eu aucun effet négatif sur la fonction thyroïdienne lorsqu'ils ont été consommés cuits.

Le chou frisé, les feuilles de moutarde et les épinards crus sont des goitrogènes, qui interfèrent avec la capacité de votre corps à utiliser l'iode qu'il reçoit. Son effet sur l'assimilation de ce nutriment supprime la fonction thyroïdienne. Toutefois, ce problème réside en grande partie dans la forme brute de ces légumes à feuilles. Faites-les cuire avant de les utiliser et tout devrait bien se passer. Bien sûr, la modération est la clé, alors n'abusez pas de la consommation de ces légumes verts. Le chou vert est un autre légume à feuilles dont il faut tenir compte.

3. Les légumes crucifères comme le chou-fleur, le brocoli et le chou.

Bien qu'ils soient des légumes très sains et remplis de nutriments, les légumes crucifères peuvent être un problème pour les personnes souffrant d'hypothyroïdie. Essayez d'éviter de consommer des aliments comme le chou-fleur, les choux de Bruxelles, le chou et le brocoli, surtout si vous les mangez crus. Bien qu'ils soient tous connus pour être goitrogènes, certains sont plus problématiques que d'autres. Par exemple, la consommation de grandes quantités de chou cru est un facteur déclenchant connu du goitre ou d'une thyroïde hypertrophiée qui fonctionne mal.

La taille des portions est importante. Certains légumes crucifères comme le brocoli ou le chou frisé contiennent de très petites quantités de substances chimiques goitrogènes, mais si vous consommez régulièrement de grandes quantités de ces aliments, vous risquez de vous retrouver avec des quantités plus élevées de substances chimiques goitrogènes dans votre organisme.

Faut-il donc éviter tous les légumes crucifères ? Pas vraiment. Les chercheurs d'une étude ont constaté que si 194 μmol de goitrine avaient un impact sur la captation de l'iode radioactif par la thyroïde, la prise de 77 μmol de goitrine n'en avait pas. Cela rend les fanes de navet, le brocoli et le brocoli rabe largement corrects à consommer avec modération, car ils contiennent des quantités bien plus faibles de produits chimiques goitrogènes. En revanche, les choux de Bruxelles sont susceptibles de poser problème puisqu'ils contiennent des quantités élevées de goitrine.

4. Le radis et le navet

Les radis ou les navets ne vous semblent peut-être pas appartenir à la même catégorie que le chou ou le brocoli, mais ces légumes-racines sont également des brassicacées. Et ils sont également goitrogènes et il vaut mieux les éviter si vous souffrez d'hypothyroïdie. Les rutabagas posent un problème similaire.

5. Le café et le thé vert

Il est peut-être temps de remplacer le café du matin par quelque chose de plus doux comme une tisane ou de l'eau chaude avec du citron. On pense que le café pourrait causer des problèmes de fonctionnement de la thyroïde en interférant avec l'absorption des hormones thyroïdiennes.

Bien que vous n'ayez pas besoin de les éviter, les aliments et les suppléments riches en calcium peuvent interférer avec l'absorption de la lévothyroxine, un médicament pour la thyroïde. Gardez donc un intervalle d'au moins 4 heures entre la consommation d'un aliment contenant du calcium, comme le yaourt ou le lait, et votre médicament.

Même le thé vert peut vous causer des problèmes si vous en buvez trop. Une tasse par jour devrait toutefois suffire. Des études menées sur des animaux ont montré que des extraits de thé vert à fortes doses provoquaient une baisse significative des taux d'hormones thyroïdiennes T3 et T4, et une augmentation des taux de thyréostimuline (TSH). En bref, une consommation excessive de thé vert pourrait perturber la modulation de la fonction de votre glande thyroïde.

6. Le gluten

Bien que les céréales complètes soient saines, si vous souffrez d'hypothyroïdie, vous voudrez peut-être éviter les aliments auxquels vous êtes allergique, afin de réduire l'inflammation dans l'organisme - et cela inclut les céréales contenant du gluten. Des recherches ont montré que la maladie cœliaque, qui provoque un stress inflammatoire dans l'organisme lorsque vous consommez du gluten, est plus fréquente chez les personnes atteintes d'une maladie thyroïdienne auto-immune.

Certaines personnes atteintes d'hypothyroïdie, notamment de la maladie de Hashimoto, peuvent également avoir des difficultés à digérer les protéines du lait. Vérifiez votre tolérance aux produits laitiers pour maîtriser l'inflammation. Vous devriez également éviter les goitrogènes comme le maïs sucré, le sorgho et le millet.

Si vous pensez que cela pourrait être le cas, faites-vous tester pour la maladie cœliaque et apportez les changements alimentaires nécessaires pour éliminer le gluten de vos repas. Les aliments contenant du gluten, comme les pains que vous mangez pendant les repas ou les muffins, les petits gâteaux ou les biscuits que vous vous êtes offerts, peuvent aggraver votre problème d'hypothyroïdie. Surtout s'ils sont également hautement transformés. Il existe de nombreuses options sans gluten pour les aliments cuits au four sur le marché, ainsi que des alternatives aux céréales glutineuses. Par exemple, essayez des aliments comme le riz ou le quinoa.

7. Les noix

Les fruits à coque comme les noix, les cacahuètes, les pignons et les amandes peuvent poser problème aux personnes souffrant d'hypothyroïdie en raison de leurs effets goitrogènes. Cela dit, les noix sont également une bonne source d'autres nutriments comme le sélénium et le calcium et vous pouvez envisager d'en consommer en petites quantités si vous ne souffrez pas de carence en iode.

8. Les pêches, les poires et les fraises

Aussi tentant que cela puisse être de croquer dans des fruits comme les fraises, les pêches et les poires, vous devez trouver des alternatives qui soutiennent mieux votre thyroïde et ne sont pas goitrogènes. Essayez plutôt de grignoter des myrtilles, des cerises ou des agrumes, riches en antioxydants.

9. Les aliments transformés

Évitez les aliments transformés tels que les collations et les repas prêts à consommer, les croustilles, les biscuits, les craquelins, les gâteaux produits en série ou même l'aliment de base des collations, le hot-dog. En effet, tout comme une quantité insuffisante d'iode peut être un problème, une quantité excessive peut être tout aussi néfaste ! 

Les aliments transformés très salés sont souvent riches en ce minéral et vous pourriez en consommer trop en mangeant régulièrement ces aliments. Si vous souffrez d'hypothyroïdie due à la maladie de Hashimoto, des niveaux plus élevés d'iode dans l'organisme peuvent envoyer un signal à votre thyroïde pour qu'elle réduise davantage la production d'hormones thyroïdiennes, aggravant ainsi votre situation.

Savoir quels aliments consommer et se lancer !

Éviter ces aliments est une chose, mais si vous vous demandez si certains aliments peuvent réellement aider l'hypothyroïdie, sachez qu'il y en a beaucoup ! Les aliments anti-inflammatoires comme le gingembre ou le vinaigre de cidre de pomme ou les aliments riches en sélénium comme les céréales, la viande, la volaille et le poisson peuvent tous aider votre cause. Il en va de même pour les aliments riches en iode comme le sel iodé et les fruits de mer, mais n'augmentez votre consommation que si vous souffrez d'une carence en iode.

N'hésitez donc pas à consulter votre médecin ou votre nutritionniste et à établir un plan de repas riche en bons aliments et pauvre en aliments potentiellement problématiques pour l'hypothyroïdie. Ne vous laissez pas submerger - il suffit de quelques choix alimentaires simples et d'un peu de planification dans vos achats à l'épicerie.

Articles les plus consultés