vendredi 2 septembre 2016

La nouvelle drogue d'Alzheimer semble prometteuse, mais voici ce que vous devez savoir

Le médicament expérimental vise les plaques cérébrales qui peuvent être responsables de la perte de mémoire, et la nouvelle recherche suggère qu'il peut les réduire. Mais on ne sait pas si cela se traduit par une meilleure fonction cérébrale, ou la possibilité d'arrêter ou de ralentir la progression de l'état de la perte de la mémoire; Il faut beaucoup plus de recherches avant de pouvoir être approuvé comme traitement de la maladie d'Alzheimer.

Un petit essai clinique à un stade précoce a identifié un médicament qui détruit les accumulations de plaque dans le cerveau associée à la maladie d'Alzheimer. Parce que les scientifiques croient que ces plaques peuvent être responsables de la perte de mémoire et le déclin cognitif, les résultats ont été annoncé comme une révolution une recherche d'Alzheimer , bien que les applications pratiques risque de durer encore plusieurs années, au moins.
La nouvelle drogue d'Alzheimer semble prometteuse, mais voici ce que vous devez savoir

La cause exacte de la maladie d'Alzheimer est inconnue, mais des études ont montré que les amas gluants de protéines, appelées les plaques bêta-amyloïde, ont tendance à se former dans le cerveau des patients jusqu'à 15 ans avant qu'ils ne commencent à présenter des symptômes cognitifs. Le problème? On a montré que certaines personnes sans problèmes de mémoire peuvent avoir des plaques cérébrales, il est donc pas aussi claire comme par exemple "le tabagisme provoque le cancer". Cependant, une grande partie de la recherche pharmaceutique sur les traitements potentiels a mis l'accent sur les moyens de prévenir ou d'éliminer ces plaques.

La société basée dans le Massachusetts Biogen a peut-être trouvé un moyen de le faire. Dans un essai clinique, ils ont testé diverses doses du médicament "aducanumab" sur 125 patients atteints de la maladie d'Alzheimer à un stade précoce, en leur donnant des perfusions mensuelles (IV) en 54 semaines. (Aducanumab est un anticorps monoclonal, une molécule produite dans un laboratoire pour simuler les protéines du système immunitaire humain). Un autre 40 patients ont obtenu des perfusions de placebo.

A la fin de l'étude, les scanners du cerveau a révélé que les patients qui ont reçu le médicament ont eu moins de plaque par rapport qu'ils avaient commencé, et ceux qui ont reçu les doses les plus élevées étaient presque plaque-libre. Les patients qui ont obtenu le placebo, d'autre part, ont connu presque aucun changement du cerveau.

De plus, ces réductions de plaque peuvent avoir gardé les symptômes d'Alzheimer d'empirer. "Alors que les patients du groupe placebo ont présenté un déclin cognitif important, la capacité cognitive est resté nettement plus stable chez les patients recevant l'anticorps", a déclaré le co-auteur Roger M. Nitsch, MD, directeur de l'Institut pour la médecine régénérative à l'Université de Zurich, en un communiqué de presse. (Bien que ces types d'études ne sont pas conçus pour déterminer si les traitements fonctionnent, juste qu'ils sont sans danger pour les gens. Les chercheurs ont donné aux participants des questionnaires pour tester leurs capacités cognitives.)

Cette constatation est une grosse affaire, dit Eric M. Reiman, MD, directeur exécutif de l'Institut d'Alzheimer de Bannière à Phoenix. Le Dr Reiman-qui n'a pas participé à l'étude-écrit que les résultats étaient «exceptionnellement frappante», et qu'ils soutiennent l'hypothèse que la plaque vraiment contribue au développement de les symptômes de la maladie d'Alzheimer.

"Si ces résultats cognitifs préliminaires sont confirmés dans des essais cliniques plus larges et plus définitives, qui sont actuellement en cours, il fournirait une balle dans le bras dans la lutte contre la maladie d'Alzheimer», écrit-il.

Toutefois, prévient-il, «même si les résultats cognitifs supplémentaires des auteurs sont encourageants, ils ne sont pas définitives." Si d'autres recherches montrent que la réduction de la plaque ne modifie pas la progression de la maladie d'Alzheimer, il explique, ce médicament et d'autres comme lui-serait probablement inefficace à arrêter des symptômes tels que la perte de mémoire. "Il serait prudent de retenir le jugement sur le bénéfice cognitif d'aducanumab avant que les résultats de l'essai sont en plus grand,» écrit-il.

Les conclusions de Biogen sont le résultat d'une phase 1b essai clinique. Sur le chemin de développement de nouveaux médicaments, ceux-ci sont généralement quelques-unes des premières études menées auprès de volontaires humains, et impliquent seulement un petit nombre de personnes.
Nouveau traitement d'alzheimer


Même lorsque les résultats de la phase I sont prometteurs, des essais plus grande phase II et III  sont encore nécessaires avant qu'un médicament peut être considéré comme sûr et efficace, et finalement approuvés pour utilisation par les consommateurs. Les auteurs de l'étude notent également que les effets secondaires du médicament doit être pris en compte: Dans leur étude, 20 patients ont abandonné en raison de maux de tête et d'accumulation de liquide dans le cerveau, ce qui peut être dangereux. De plus, de nombreux médicaments pour la maladie d'Alzheimer qui se sont penchées prometteurs dans les premiers stades de la recherche se sont révélés décevants après une étude plus approfondie.

"Aducanumab" est actuellement à l'étude dans deux essais en cours avec environ 2700 participants au total. Ainsi, alors que ces résultats préliminaires étaient juste une première étape dans un processus beaucoup plus long, le Dr Nitsch dit qu'il est optimiste que cela conduira à encore plus dans la bonne direction.

Source: health.com

sharethis

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...